Qu’est ce que l’ip spoofing et comment se protéger ?

L’usurpation d’adresse IP est une attaque qui consiste à falsifier les adresses IP sources afin de masquer l’identité de l’appareil de l’attaquant. Les pirates peuvent utiliser cette astuce pour cacher leur identité et commettre des crimes tels que le phishing, la distribution de logiciels malveillants, le spam, etc. Ils peuvent également utiliser cette méthode pour accéder à des sites Web restreints et voler des informations sensibles.

Comment fonctionne l’usurpation d’adresse IP ?

L’usurpation d’adresse IP fonctionne comme ceci :

  • Le pirate envoie des paquets IP falsifiés contenant de fausses informations sur leur origine. Ces paquets contiennent de fausses adresses IP
  • La victime reçoit les paquets, et parce que les adresses IP semblent valides, la victime accepte les paquets et les transmet à leur destination.

Une fois que les paquets atteignent leur cible, le serveur ou l’appareil croira que la demande provient de l’adresse IP réelle de l’expéditeur. En d’autres termes, la victime pense que la demande a été initiée par la personne qui prétend être à cette adresse IP, l’attaquant peut donc à partir de là, accéder à des données sensibles.

Comment les hackers profitent de l’usurpation d’IP?

L’attaquant peut utiliser l’usurpation d’adresse IP pour contourner les pare-feu ou les périphériques NAT.  Cela les aide à éviter la détection par les systèmes de sécurité. Par exemple, si un pirate utilise l’usurpation d’adresse IP pour se connecter au site Web d’une banque, il peut obtenir toutes les informations de connexion sans être détecté. 

Un type courant d’usurpation d’adresse IP consiste à utiliser un botnet (un réseau d’ordinateurs infectés) pour envoyer des spams. Dans ce cas, l’attaquant envoie un grand nombre de messages électroniques avec des adresses d’expéditeur falsifiées. Ces messages semblent provenir de sources légitimes telles que des banques, des sociétés de cartes de crédit, des détaillants en ligne, etc., mais ils proviennent en fait de l’attaquant.

Un autre exemple d’usurpation d’adresse IP est lorsque des attaquants tentent d’obtenir un accès non autorisé à des réseaux restreints, par exemple des points d’accès sans fil. En envoyant de fausses requêtes, les pirates peuvent se faire passer pour des utilisateurs légitimes et accéder au réseau protégé.

Un autre type attaque par déni de service est aussi possible en exploitant l’IP Spoofing. En effet les attaques par réflexion DDoS utilise l’usurpation d’adresse IP afin de générer de fausses requêtes, soi-disant au nom d’une cible pour obtenir des réponses de serveurs intermédiaires sous-protégés. L’objectif de l’auteur de l’attaque est d’amplifier son trafic en déclenchant des réponses importantes à partir d’un nombre de demandes beaucoup plus petites, et donc de rendre inaccessible la cible.

Le protocole TCP fait partie des protocoles de couche transport du modèle TCP/IP. Il permet à l’application de gérer les données provenant (ou allant) de (ou vers) la couche inférieure. C’est donc un protocole qui joue souvent un rôle dans les attaques par IP Spoofing.

Quels sont les différents types d’usurpation d’ip ? 

Il existe plusieurs types d’usurpation d’adresse IP

Usurpation via les en-têtes TCP/IP – Cette technique consiste à modifier les paquets de données envoyés sur Internet. Lorsque la victime reçoit ces paquets modifiés, elle pense que le paquet provient d’une source fiable. Cependant, l’attaquant a remplacé l’adresse IP d’origine par la sienne.

Usurpation via les réponses DNS – Cette méthode consiste à modifier la réponse DNS pour un nom de domaine donné afin qu’il semble provenir d’un autre emplacement que celui d’où il provient réellement.

Laquelle des méthodes ci-dessus est la plus dangereuse ?

Les deux techniques présentent des risques similaires. Tant que l’attaquant contrôle l’ordinateur de la victime, il peut modifier tout trafic transitant par la machine. Une différence importante entre le deux, c’est que ce dernier a beaucoup plus de chances de succès.

Pourquoi cela arrive-t-il?

La première raison est que les serveurs DNS n’ont aucun moyen de savoir si une requête particulière est malveillante. Si un attaquant souhaite modifier les enregistrements DNS d’un nom de domaine spécifique, il doit soumettre une fausse requête. Étant donné que le serveur DNS ne peut pas vérifier cette requête, il répond avec l’enregistrement correct.

La deuxième raison est que de nombreuses personnes utilisent des points d’accès Wi-Fi publics pour accéder gratuitement à Internet. Les pirates peuvent facilement intercepter les informations d’identification de l’utilisateur, puis utiliser ces informations d’identification pour usurper les enregistrements DNS. De plus, de nombreuses personnes ne vérifient pas la validité de la page Web avant de cliquer sur les liens. Les pirates peuvent également inciter les victimes à visiter des sites Web de phishing qui ressemblent exactement à celui qu’ils souhaitent.

Pourquoi les attaques par usurpation d’IP sont si dangereuses  ?

Les attaques par usurpation d’IP sont dangereuse car ils permettent aux attaquants de se déguiser et d’éviter d’être détectés par les systèmes de sécurité et les pare-feu. Si un attaquant utilise l’usurpation d’adresse IP pour accéder à un site sécurisé, il pourra contourner les procédures d’authentification et accéder à des informations confidentielles.

Quelles sont les différentes manières d’empêcher l’IP Spoofing ?

Une façon d’empêcher l’usurpation d’adresse IP consiste à vérifier l’authenticité des paquets de données entrants (filtrage de paquets). Pour ce faire, vous devez suivre les adresses IP qui ont été utilisées dans le passé et bloquer celles qui ne l’ont pas été. Vous devez également vous assurer que votre pare-feu et vos filtres anti-spam identifient les activités suspectes et vous alertent chaque fois que quelqu’un tente d’usurper votre adresse IP.

Une autre option consiste à conserver des journaux de tout le trafic sortant sur votre réseau, le suivi des adresses IP et la journalisation de tout le trafic sortant sont les seuls parades efficaces.

La meilleure défense contre l’usurpation d’adresse IP est d’être conscient des menaces potentielles et d’agir avant qu’elles ne deviennent des problèmes. Par exemple, si vous voyez un nouvel utilisateur tenter de se connecter à votre système, vérifiez attentivement les informations d’identification. Si vous remarquez que quelqu’un a changé son adresse IP ou qu’il essaie de se connecter à distance, contactez immédiatement votre service informatique. 

L’authentification par clé publique est un autre bon moyen de vous protéger contre l’usurpation d’adresse IP. Cela fonctionne comme ceci : au lieu d’utiliser des mots de passe, les utilisateurs utilisent des clés cryptographiques pour s’authentifier auprès d’autres ordinateurs. Afin d’envoyer des messages cryptés, les deux parties doivent partager une clé secrète. Le problème avec cette approche est qu’elle oblige chaque personne qui souhaite communiquer en toute sécurité à installer un logiciel spécial sur ses machines. L’avantage de l’authentification par clé publique est qu’il ne nécessite aucune modification des applications existantes.

Comment détecter une attaque d’usurpation d’adresse IP ?

Il existe de nombreux outils disponibles pour détecter les attaques d’IP spoofing :

  • Snort – Une boîte à outils IDS (Intrusion Detection System) open source populaire qui comprend un module appelé snort-honeypot.
  • Tripwire – Un système gratuit de prévention des intrusions qui surveille les fichiers à la recherche de comportements malveillants.
  • Syslog – Facilité de journalisation pour les systèmes Unix/Linux.
  • Wireshark – Analyseur de protocole réseau.
  • tcpdump – Outil pour capturer les captures de paquets bruts.
  • Ettercap – Renifleur de paquets et proxy man-in-the-middle.
  • Nmap – Analyseur de ports.

L’IP Spoofing est donc une technique très évoluée et dangereuse que les cybercriminels utilisent pour différents types d’attaques, parfois très dangereuse. Il est important de mettre en place des mécanismes de supervision et de protection efficaces en amont, pour ne pas en payer les pots cassés.

Laisser un commentaire