Qu’est ce que l’infrastructure as code ?

L’infrastructure en tant que code (IaC) est une approche de création et de gestion de systèmes informatiques qui met l’accent sur l’automatisation et l’abstraction plutôt que sur les processus manuels.

IaC est devenu de plus en plus populaire au cours de la dernière décennie car il permet aux organisations de créer rapidement des applications complexes sans avoir à embaucher du personnel supplémentaire. Il aide également à réduire les erreurs en automatisant les tâches répétitives. Avec l’IaC, les différents éléments de l’infrastructure informatique physique (serveurs, load balancer, machines virtuelles) sont décrites sous forme de code (ou instructions), rendant possible le suivi de versions comme pour du code de projets informatiques classiques. 

Les avantages de l’infrastructure as code

Plus de cohérence dans le code : il est plus facile de s’assurer que les différentes entités ont été correctement écrites. Il est également possible d’ajouter des fonctionnalités sur la base du code, comme la prise en charge de la parallélisation et de l’exécution sur plusieurs processeurs.

Amélioration des performances : l’infrastructure as code est particulièrement adaptée pour la mise en œuvre d’applications multi-tâches, où il est plus facile de définir les interdépendances entre différents composants.

Davantage de sécurité : une architecture as code est considérée comme plus sûre que les approches traditionnelles. Les dépendances de données sont plus difficiles à détecter et à corriger, ce qui rend la sécurité encore plus difficile à mettre en œuvre.

Transparence et interopérabilité : les applications basées sur l’infrastructure as code peuvent être plus facilement déployées et mises à l’échelle, de sorte que le développement peut se faire avec une facilité accrue. 

Il vous aide à automatiser les tâches répétitives. Par exemple, lorsqu’une nouvelle version d’un progiciel est publiée, il est possible de mettre à jour automatiquement tous les progiciels dépendants. Cela réduit le temps consacré à la mise à jour de chaque package individuellement. Le processus de déploiement d’application est plus rapide et les ressources nécessaires pour le réaliser sont diminuées. 

Productivité accrue : l’infrastructure en tant que code permet une livraison plus rapide des applications. Les développeurs peuvent passer moins de temps à configurer et à tester leurs applications. Il est aussi possible, lors de phase de développement logiciel de dupliquer les environnements de développement et les environnements de production très rapidement. L’intervention humaine reste très limitée. 

Réduction des coûts : l’infrastructure en tant que code permet d’économiser de l’argent car elle permet aux équipes de partager les connaissances et de réduire le nombre d’erreurs introduites lors du développement.

Les avantages sont donc nombreux et l’IAC peut s’avérer être un tournant important pour les équipes de développement, d’administrateur réseaux ou Devops. 

Comment fonctionne l’infrastructure programmable ?

La première étape vers l’infrastructure en tant que code consiste à créer un référentiel pour le code source de votre application. Un référentiel stocke des informations sur le projet, notamment sa structure, son historique et ses versions. De plus, il permet d’accéder aux fichiers stockés dans le référentiel.

La deuxième étape consiste à développer un ensemble d’outils pour aider les développeurs à créer leur application. Ces outils incluent un gestionnaire de dépendances, qui identifie les dépendances entre les différentes parties de l’application ; un outil de gestion de configuration, qui gère les modifications apportées au code source de l’application ; et un outil de déploiement, qui déploie l’application dans des environnements de production, sur des serveurs physiques, des cloud privé ou publics.

La troisième étape consiste à intégrer ces outils dans le flux de travail du développeur. Les développeurs doivent pouvoir exécuter les outils à partir de n’importe quel IDE ou éditeur de texte, sans avoir à installer des outils supplémentaires. Ils doivent également être en mesure de configurer les outils en fonction de leurs besoins.

Une fois les outils intégrés au flux de travail, ils font partie de l’infrastructure. Par conséquent, les développeurs n’ont pas à se soucier de la configuration de l’environnement ou de l’installation d’outils supplémentaires. Au lieu de cela, ils écrivent simplement du code et le testent.

On peut alors exécuter les cookbook sur une machine, via des lignes de commandes. Le déploiement de l’environnement de l’application et son installation commencent. On installe automatiquement sur les machines virtuelles les différents pakcages, on télécharge le code source à jour et on lance les commandes nécessaire au bon fonctionnement de l’application.

Enfin, on peut vérifier que tout s’est bien passé. S’il y a eu des erreurs lors de l’exécution de la recette, vous pouvez les corriger en modifiant le fichier cookbook et en le ré-exécutant, ce fichier est aussi appelée playbook avec Ansible.

Quelles logiciels sont utilisées pour l’infrastructure as code ? 

Infrastructure as Code (IAC) est un terme utilisé pour décrire le processus d’automatisation du déploiement d’applications à l’aide d’outils de gestion de configuration tels que Chef, Puppet, Ansible, SaltStack, Terraform etc. 

Comment fonctionne Ansible ?

Ansible est un outil facile à utiliser, puissant et flexible pour la gestion de la configuration à distance. Il s’agit d’un moteur d’automatisation complet qui peut être utilisé de manière autonome ou intégré à d’autres outils tels que Jenkins, Puppet, Chef, etc.

Ansible est conçu pour fonctionner avec n’importe quelle infrastructure, des petits serveurs domestiques aux grands clusters d’entreprise. Il a une syntaxe simple et prend en charge de nombreux langages différents, notamment Python, Ruby, Bash, Perl, PHP, Java, C , Go et autres.

Comment fonctionne  Terraform ?

Terraform est un outil utilisé pour gérer les ressources d’infrastructure telles que les serveurs, les réseaux, le stockage et les bases de données. Il permet aux utilisateurs de définir simultanément tous les paramètres de configuration nécessaires, ce qui facilite le déploiement de nouvelles instances de ces ressources. Terraform utilise la programmation déclarative pour définir les états souhaités de votre infrastructure. Cela le rend plus facile à comprendre que les scripts traditionnels, qui nécessitent souvent une connaissance approfondie des scripts shell.

Terraform fonctionne conjointement avec AWS, GCP, Azure, DigitalOcean, Openstack, vSphere, VMware, Docker, Kubernetes

Comment fonctionne Chef et quelle différence avec Ansible ?

Chef est une boîte à outils pour la gestion des déploiements de logiciels. Il fournit des recettes pour les tâches courantes telles que l’installation de packages, la configuration de services, l’exécution de commandes et la création d’utilisateurs. Les recettes sont écrites en Ruby, ce qui les rend faciles à comprendre et à modifier. Ils sont également conçus pour être exécutés sur des serveurs distants, de sorte qu’ils ne nécessitent aucun accès local au serveur.

Chef est utilisé par de nombreuses grandes entreprises, notamment Netflix, Twitter et Facebook. L’entreprise a été fondée en 2005 et est passée de deux employés à plus de 400 aujourd’hui.

Ansible est un outil d’automatisation, qui peut être utilisé en remplacement des scripts shell ou des tâches cron. Il est open-source contrairement à Chef qui est payant. Il repose sur l’utilisation du langage YAML, très facile à appréhender. 

Chef est un outil de gestion de configuration à usage plus général qu’Ansible. Vous pouvez l’utiliser pour gérer toutes sortes de systèmes, pas seulement les serveurs Linux. 

Ansible est un outil d’interface de ligne de commande pour la gestion des serveurs Linux. Il utilise SSH pour se connecter à des serveurs distants et exécuter des commandes. Il est beaucoup plus rapide que Chef, car il n’a pas besoin de télécharger et d’installer quoi que ce soit sur la machine cible, il n’y a donc pas d’agent. 

En quoi l’infrastructure en tant que code diffère-t-elle des approches traditionnelles ?

Les approches traditionnelles impliquent la création et le déploiement manuels de serveurs. En revanche, IAC utilise une combinaison d’automatisation et de gestion de la configuration pour automatiser l’ensemble du cycle de vie des infrastructures.

Avec les approches traditionnelles, les développeurs (ou des administrateur) doivent consacrer du temps à la gestion des serveurs. Ils doivent s’assurer que tous les packages nécessaires sont installés et configurés correctement. Ils doivent également s’assurer que la version correcte de l’application est en cours d’exécution. Toutes ces étapes doivent être répétées chaque fois qu’un nouveau serveur est déployé. L’infrastructure en tant que code (IAC) résout ce problème en automatisant le processus de déploiement, elle fait donc gagner énormément de temps et peut aider les entreprises dans leur transformation digitale en leur permettant de se dimensionner rapidement. 

Laisser un commentaire